Après de nombreuses expériences avec VMware et d’autres concurrents, nous nous sommes spécialisé sous KVM.

Nous nous sommes rapidement rendu compte que le choix de l’Open Source était justifié. Les mises à jour sont fréquentes, documentées et stables.

Cela nous permet d’offrir des services de qualité pour les environnements de télétravail à des coûts très intéressants.

D’après (https://www.spec.org/), KVM est reconnu comme l’un des hyperviseurs de type 1 ayant la plus petite « trace ». C’est à dire que les applications s’exécutent pratiquement à leur vitesse native.

Nos propres tests sur différents matériels démontrent que grâce à une configuration bien pensée, nous sommes à même d’avoir des accès disques plus rapides dans l’hyperviseur qu’en « bare metal ». C’est à dire que Windows travaillera plus vite dans l’hyperviseur que s’il était installé nativement sur une machine physique.

Naturellement, ce choix peut être remis en question selon les experts, leur expérience, les avancées du marchés et les derniers développements.

Cependant, nous avons fait ce choix après 10 ans d’expertise VMWare et une belle quantité de serveurs, test, et même crash tests ! Donc notre choix est éclairé. Il est fort possible que nous réalisions un jour une petite comparaison « home lab » entre différents hyperviseurs. Mais d’autres le font très bien.

Tout comme nous avons fait le choix de nous reposer sur deux constructeurs éprouvés : HP et Supermicro. Là encore, c’est notre expérience au quotidien qui nous a mené à ces deux constructeurs. Faible taux de panne ou réactivité du support, ainsi que bien d’autres paramètres nous ont convaincus.

télétravail le choix d'un bon hyperviseur